« Evangéliser par le témoignage, par la prédication pour que l’Eglise grandisse par attraction »

20 juin 2013

Propos du Pape François sur la nouvelle évangélisation

Quelques extraits choisis de ses interventions concernant l’évangélisation et l’audace du missionnaire qui ne craint pas d’aller aux « périphéries » au risque d’accidents éventuels !

 

 

La Nouvelle Evangélisation
 
  • « Transmettre la foi chrétienne est l’objectif de la nouvelle évangélisation comme de toute l’action évangélisatrice de l’Eglise, qui n’existe que pour cela. Le choix d’une nouvelle évangélisation trahit la prise de conscience de ce que les pays de vieille chrétienté ont un fort besoin d’un renouveau évangélique, d’une nouvelle rencontre avec le Christ en mesure de rénover une vie superficielle et routinière. Ceci a des implications pastorales (notamment) revoir les méthodes et à trouver à tout prix de nouveaux moyens pour fournir à l’homme contemporain le message chrétien qui seul répond à ses attentes... Je désire encourager la communauté toute entière à être évangélisatrice, à ne pas craindre de sortir de ses marques et à avoir confiance dans la miséricorde de Dieu qui nous guide ». (13/6/13)
 
  • « Nous avons la ferme certitude que l’Esprit-Saint donne à l’Église, par son souffle puissant, le courage de persévérer et aussi de chercher de nouvelles méthodes d’évangélisation, pour porter l’évangile jusqu’aux extrémités de la terre (cf. Ac 1, 8). La vérité chrétienne est attirante et persuasive parce qu’elle répond au besoin profond de l’existence humaine, en annonçant de manière convaincante que le Christ est l’unique Sauveur de tout l’homme et de tous les hommes. Cette annonce demeure valide aujourd’hui, comme elle l’était au début du christianisme, au temps de la première grande expansion missionnaire de l’évangile » (15 mars 2013)
 
Esprit-Saint, don de Dieu pour l’Evangélisation
 
  • « Les techniques ont leur importance mais les plus parfaites d’entre elles ne sauraient se substituer à l’action du principal agent de l’évangélisation qu’est l’Esprit. Laissons-le nous conduire, y compris sur de nouvelles voies. Nous devons le laisser nous transformer afin que notre annonce soit accompagnée par un exemple de vie simple, de prière et de charité, envers les plus humbles avant tout » (13/6/13)
 
  • « Aujourd’hui nous pouvons demander à l’Esprit Saint qu’il nous donne cette ferveur apostolique à nous tous, la grâce d’aller de l’avant, vers les périphéries existentielles. L’Eglise a tellement besoin de cela Tant de gens ont besoin de cette annonce de Jésus-Christ. Demandons donc à l’Esprit Saint cette grâce du zèle apostolique, d’avoir des chrétiens zélés. Et si nous dérangeons, que Dieu soit loué ! » 16/5/2013
 
  • « C’est le Paraclet, l’Esprit consolateur, qui donne le courage de parcourir les routes du monde en apportant l’Evangile. Il nous indique l’horizon et nous pousse jusqu’aux périphéries existentielles pour annoncer la vie de Jésus-Christ » (Pentecôte 2013)
 
  • « Saint Paul était un homme plein de fougue, mais il ne s’agissait pas d’abord de tempérament, car c’est le Seigneur qui se mêle à cela, dans cette bataille apostolique » (16/5/13)
 
Etat d’Esprit, méthodes d’évangélisation
 
  • « Evangéliser non par le prosélytisme, mais par le témoignage, par la prédication pour que l’Eglise grandisse par attraction » (16/5/13)
 
  • « L’Eglise grandit non par le prosélytisme, mais par attraction » (10/6/13)
 
  • « Il nous faut avancer dans la prédication évangélique avec la gratuité de Dieu »
 
  • Le vrai missionnaire, comme « Saint Paul, dérange par son prêche, son travail, son attitude parce qu’il annonce JC à nos vies pleines de commodités, même chrétiennes, réfugiées dans une vie tranquille ou dans des structures caduques ! » 16/5.2013
 
  • « Nous fermons-nous pas à la nouveauté de l’Esprit ? Avons-nous le courage d’aller sur les chemins que la nouveauté de Dieu nous offre ou bien restons-nous enfermés dans des structures caduques qui ont perdu leur capacité d’accueil ? »(16/5/13)
 
  • « Ceux qui ne marchent pas par peur de se tromper sont encore ceux qui se trompent le plus gravement » (8/5/13)
 
Rejoindre les pauvres, les périphéries
 
  •  « Nous devons devenir des chrétiens courageux et aller chercher ceux qui souffrent, les pauvres, ceux sont justement la chair du Christ »(19/5/2013)
 
  • L’Eglise doit sortir d’elle-même. Où ? Vers les périphéries existentielles, quelles qu’elles soient, mais elle doit sortir » (19/5/13)
 
Fuir la tièdeur apostolique, la mondanité, la fermeture
 
  • Il « existe malheureusement dans l’Eglise trop de chrétiens tièdes » (16/5/2013)
 
  • Ayons « cette saine folie » du zèle apostolique : « si nous dérangeons, que Dieu soit loué ! (…) Je préfère une Eglise qui sort et qui a des accidents, plutôt qu’une Eglise fermée qui pourrit de l’intérieur !" (16 et 19/5/13)
 
  • « Quand l’Eglise se ferme, elle tombe malade... » (Pentecôte 2013)
 
  •  « Ne vous fermez pas, s’il vous plaît ! C’est un danger : nous nous enfermons dans nos paroisses, avec les amis, dans le mouvement, avec ceux qui pensent les mêmes choses... mais savez-vous ce qui se passe ? Quand l’Eglise se ferme, elle tombe malade. ». (19/5/13)
 
  • « Nous ne pouvons pas devenir des chrétiens amidonnés, ces chrétiens trop bien élevés qui parlent de choses théologiques pendant qu’ils prennent le thé, tranquilles » (19/5/2013),
 
  • « Ces chrétiens de salon, éduqués tout comme il faut, mais incapables d’annonce et de ferveur apostolique » (16/5/13)
 
 
Être zélé, courageux
 
  • St Paul va de « persécution en persécution, il a toujours des problèmes, mais pas ‘des problèmes pour les problèmes, mais pour l’annonce Jésus ». Cependant « il ne s’est jamais découragé ». Il a donc porté « tant de croix, mais il est allé de l’avant, regardant vers le Seigneur ». 16/5.2013
 
  • « Soit on confesse le Christ crucifié, et l’Église ira de l’avant », soit « on est mondain, l’Eglise devient une ONG, on n’est pas disciple du Christ  » (16/5/2013)
 
  • Le pape invite les missionnaires à suivre l’exemple de St Paul, « son zèle et sa ferveur apostolique, à aller de l’avant, à ne pas être homme de compromis ». 16/5/2013
 
  • « Quand l’Eglise perd son courage apostolique, sa ferveur spirituelle, sa certitude en Dieu, elle devient une Eglise immobile, une Eglise rangée, belle,… mais sans fécondité, car elle a perdu le courage d’aller aux périphéries, où tant de personnes sont victimes de l’idolâtrie, de la mondanité, d’une pensée faible… de tant de choses » (8 mai 2013)
 
La Mission est mandat et annonce du Christ, témoignage de la rencontre et du Salut du Christ
 
  • « Quand on ne confesse pas Jésus-Christ, on confesse la mondanité du diable, la mondanité du démon (…). Quand nous ne confessons pas comme Pierre ‘Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant’, nous ne sommes pas disciples et ministres du Seigneur : nous sommes des mondains » (15/3/13)
 
  •  « D’où vient-il ce zèle apostolique de st Paul ? Il vient de la connaissance de Jésus-Christ. Il a trouvé Jésus-Christ, il a rencontré Jésus-Christ, mais pas avec une connaissance intellectuelle, scientifique – même si elle est importante, parce qu’elle nous aide – mais avec cette connaissance première, celle du cœur, de la rencontre personnelle ».
 
  •  « Ici dans nos villes, tant de gens ont besoin de cette annonce de Jésus-Christ » (16/5/2013)
 
  • Aux baptisés et mouvements dans la NE : « Portez toujours la force de l’Evangile ! N’ayez pas peur ! Que le Seigneur ressuscité soit toujours avec vous ! » (Pentecôte 2013)
 
  • « Si nous ne confessons pas Jésus-Christ, cela ne va pas. Nous devenons une ONG humanitaire, mais non l’Église » (15/3/13)
 
  • « L’attraction de l’Evangile vient du témoignage de ceux qui, dans la gratuité, annoncent la gratuité du salut : tout est grâce. Tout. Si la grâce est laissée de côté », alors « l’annonce de l’Evangile n’a pas d’efficacité » (10/6/13)
 
 
L’Evangélisation, en communion avec l’Eglise
 
  • « Quand on s’aventure hors de la doctrine et de la communauté ecclésiale, les chemins parallèles sont dangereux : on n’est plus unis au Dieu de Jésus-Christ » (19/5/13)
 
L’écoute de l’Evangile du Salut
 
  • « Nombreux de ceux qui écoutaient Jésus avaient besoin de Salut , mais parmi eux, certains étaient là pour examiner cette nouvelle doctrine et pour se quereller avec Jésus. Ils n’avaient pas le coeur ouvert, ils avaient le cœur fermé » et à cause de cela « Jésus ne pouvait pas les changer ». « D’autres font une macédoine, un peu d’Esprit Saint et un peu de l’esprit du monde, pourtant il faut choisir une chose ou l’autre : on ne peut servir deux maîtres. Ou bien on sert l’Esprit Saint ou bien on sert l’esprit du monde. On ne peut pas tout mélanger sinon, l’homme court le risque de l’hypocrisie, c’est-à-dire ne pas laisser l’Esprit changer son cœur » (10/6/13)