« Garder ce défi de la nouveauté, de la générosité et du courage. »

10 octobre 2012

Troisième jour

Plusieurs interventions au Synode s’articulent autour des deux piliers de la nouvelle évangélisation : l’annonce de la foi et la charité.

 

 

gr" data-scaytid="1">Mgr Peura, membre de la Fédération mondiale luthérienne, a souligné que « Seule une église missionnaire sera aussi une église vivante à l’avenir ».
 
gr" data-scaytid="2">Mgr Patenôtre, archevêque de Sens a rappelé que chrétiens, nous savons que l’amour est Dieu. C’est aujourd’hui notre mission que de le faire connaître, sans se décourager, et « renouveler l’esprit missionnaire » du baptisé appuyé sur les deux piliers de la nouvelle évangélisation : profession de foi et charité.
 
Pour Michel Roy, secrétaire général de Caritas international la charité fait partie de la première annonce, elle permet de réinsuffler de la vie. Les salariés et bénévoles de Caritas ont besoin de participer à la même démarche, donc d’être formés pour être de vrais témoins de l’amour du Christ, au-delà de la solidarité. »
 
Le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, a souligné que dans nos pays, la nouvelle évangélisation est, en fait, une première annonce, c’est pourquoi, il s’agit d’unir le témoignage de la foi et une pédagogie de la culture, investir tous nos moyens pour être capables de mieux montrer que l’adhésion à la foi chrétienne n’est pas en contradiction avec la raison humaine.
Nous devons être plus conscients que nous sommes dépositaires d’un trésor pour l’avenir de l’humanité et porteurs d’une espérance."
 
gr" data-scaytid="11">Mgr André Léonard, président de la conférence épiscopale de Belgique, souhaite rendre grâces pour la qualité et la spécificité de l’apport des femmes à l’évangélisation. Sans des femmes heureuses, reconnues et fières d’appartenir à l’Église, il n’y aura pas de nouvelle évangélisation."
 
Le cardinal Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques, note « un intérêt accru des fidèles pour la Parole de Dieu » dont le caractère « dynamique et efficace » montre qu’elle « est beaucoup plus qu’une information et un enseignement ».
 
M. Lamar Vest, président de la Société biblique américaine a souligné qu’il demeure quelque chose qui « ne change jamais » : « notre relation personnelle et communautaire avec Dieu dépend de l’accroissement de notre familiarité avec la Parole divine ». 
 
gr" data-scaytid="17">Mgr Eterovic, chargé du rapport sur le Synode rappelle le centre de ce travail : le Christ, Bon Pasteur, « premier et grand évangélisateur ». Nous ne travaillons pas seuls, ajoute-t-il, « comme dans le Cénacle, la bienheureuse Vierge Marie, Étoile de la nouvelle évangélisation occupe une place particulière » et le bienheureux Pape Jean-Paul II du ciel, ne manquera pas de suivre nos travaux ».
 
Le cardinal Policarpo a souligné dans un entretien que le pape a voulu aussi « mettre en valeur la nouvelle évangélisation par un synode » pour éviter que ce thème s’enlise dans une « bureaucratie normale de l’Eglise », le Pape veut « garder ce défi de la nouveauté, de la générosité et du courage » pour annoncer le message de l’Eglise qui est fait de « simplicité dans la foi » ce n’est « pas seulement une question rationnelle » il saisit « tout mon être et tout d’abord il touche mon être ».