L’importance de la famille et des laïcs dans la nouvelle évangélisation

18 octobre 2012

« Les familles chrétiennes qui vivent, parfois héroïquement, la fidélité et l’engagement matrimonial et familial (…) illuminent et réchauffent notre monde si attristé et embué ». Cette journée a été marquée par des interventions nombreuses concernant les pasteurs et les laïcs : aujourd’hui nous citerons des extraits qui traitent des laïcs et des familles.

gr" data-scaytid="25">Mgr FERRÃO, Archevêque de Goa en Inde souligne que "les fidèles laïcs sont appelés à rechercher le Royaume de Dieu en s’engageant dans les questions temporelles, selon le dessein de Dieu, dans l’arène vaste et complexe de la société moderne. Les Pasteurs doivent s’assurer que les laïcs sont formés en tant qu’évangélisateurs capables de relever les défis contemporains, non seulement avec sagesse et efficacité terrestre, mais en étant inspirés par la vérité du Christ. Ceci exige un changement profond et une radicale redistribution des ressources pastorales."

gr" data-scaytid="37">Mgr Félix Gmür, évêque de Bâle (Suisse) a insisté sur le rôle des laïcs : « Comment faire pour mettre en valeur leur action évangélisatrice ? Comment reconnaître leurs capacités et compétence ? » D’où cette proposition : « Trouver un mandat ecclésial pour les laïcs en charge de l’évangélisation qui leur donne une mission et une reconnaissance pour l’activité pastorale accomplie. »

 

Le Père Walter, Supérieur général des Pères de Schoenstatt en Allemagne s’est attaché à souligner que la famille est « le fondement de l’apprentissage de la foi », et « lieu privilégié de l’évangélisation ». Les familles sont également « des agents de l’évangélisation », comme lors de ces missions d’une grande fécondité où des familles passent de maison en maison pour rendre un témoignage public de leur vocation ».

gr" data-scaytid="47">Mgr Paglia, Président du Conseil Pontifical pour la Famille : « Une grande partie de l’histoire occidentale a été conçue comme libération de tout lien, même des liens familiaux. La déflagration de la famille apparaît comme le problème numéro un de la société contemporaine ». Membre de « l’Église, “experte en humanité nous ne pouvons pas nous taire car la stabilité même de la société est en question. » Et gr" data-scaytid="13">Mgr Paglia d’ajouter

"Les familles chrétiennes qui vivent, parfois héroïquement, la fidélité et l’engagement matrimonial et familial (…) illuminent et réchauffent notre monde si attristé et embué. En vivant l’Église comme famille de familles et la famille comme une petite église, nous goûterons la joie de la première communauté chrétienne quand “ le Seigneur adjoignait à la communauté ceux qui seraient sauvés” (Ac 2,47)."
 
Rappelons que Benoit XVI a ouvert le Synode en soulignant que le mariage est appelé à être non seulement objet mais sujet de la Nouvelle Evangélisation.